PARADELLE Muriel (Chercheur Juriste Poete)


PARADELLE Muriel  (Chercheur, Juriste, Poète) 

Toujours s’agitent les neurones de Muriel.
Son énergie, son dynamisme, sont pluriel.
Le  résultat  confirme ! Agrégée de droit,
Sans vanité elle en rit, c’est aussi son droit.

Généreuse, humble, elle est la fleur de soie
Elle est orchidée qui jamais ne vous déçoit,
Ou bien  la rose qui, dans la fumure pousse
Ou cette violette timide parmi les mousses.

Aux vibrations du cœur l’âme est complice.
Elle transcendait le temps de l’incertitude
En restant  prostrée dans la grande solitude,

Lorsque survint dans  le jardin des délices,
L’éclatant essor, d’une aube des certitudes.
Pour une éphémère vie vouée à l’infinitude


				

CHATARD Jean


CHATARD Jean (Poete)

Il est un vrai poète et aussi cet homme,
boulimique de poésie. Il est en somme
Celui qui navigue en faisant sa poésie,
Tel, un grain de folie est le sel de sa vie.

Vague contre rocher, la gerbe d’écume
S’abat sur lui. Il tient la barre, la poésie.
Et vole dans le vent toute sa symphonie,
Toujours a soufflé le vent sur la lagune.

La vague est une ligne de fleur d’écume,
Que la mouette survole et qu’elle hume.
La mer se hisse, la frôle pour la toucher.

l’océan bleu d’azur, lèche une aquarelle.
Un grain se précise et l’océan se rebelle.
Mais le poète est affranchi, il doit rentrer.

CHARPAK Georges


CHARPAK Georges (Physicien- Nobel 1992)

Charpak est un Polonais, il est physicien,
Et la chambre proportionnelle multi fils
Le fait lauréat du Prix Nobel qu’il obtint.
Juif, de Dachau, il en réchappera d’un fil.

Quête pour la recherche fondamentale.
Le réchauffement de la planète va mal.
Un nucléaire civil peut sauver la terre,
Il dit qu’il ne faut pas vivre en solitaire.

La physique reste insatiable pour le bien,
La métaphysique le hante, est mystère
Qu’il est chimérique d’aborder sur terre.

En deçà du point zéro connu, rien de rien !
Au-delà de la barrière du mur de Planck,
Et si c’était là que le bon dieu se planque ?

CHAPPAZ Maurice(Ecrivain Poéte Suisse)


 

CHAPPAZ Maurice (Ecrivain -Poète -Suisse)C

Convaincu qu’il fait de la bonne poésie,
Chappaz encore indécis publie un écrit.
Porté par sa poésie, ses enchantements
Ne récoltent que peu d’encouragements.

Il a eu toujours mauvaise réputation.
Etant passéiste, on lui tourne le dos.
Le mystique toujours en fête ne dit mot,
Les prix littéraires glanés font sensation.

La guerre subitement trouble son destin.
Il part seul, pour découvrir le pays voisin.
Chemin faisant, il prend et note ses idées,

Qui restent le ciment de toute sa pensée.
L’enseignement, l’écriture, le font naître.
Souvent, endosse la défroque du maître.

CHAMBAZ Noel


CHAMBAZ Bernard (Poète-Romancier-Historien)

Bernard Chambaz le poète est romancier.
Agrégé de lettres modernes et d’histoire,
Qui, de vélo et de poésie est passionné.
Ses perfs laissent rêveur tout l’auditoire.

Un tour de France suivi d’un tour d’Italie,
Et d’un tour d’Espagne, je suis admirateur !
Je pédale, mais pas avec la même ardeur,
Selon mes besoins c’est une règle de vie.

Et si ces cols mythiques ne font plus vomir,
Il faut pédaler qu’en même pour la prouesse,
Même si vélos et routes ne font plus pâlir.

Ô, Ventoux qui m’a fait rêver aussi souffrir.
Ô, qu’il est cruel ce col qui jamais ne cesse.
Sont ici-bas si hauts ces cols pour le plaisir !

CASTILLON Claire (Ecrivain)


CASTILLON Claire (Ecrivaine)

Elle, victime d’une célébrité rapide,
Intelligente perd tout son équilibre.
Ebranlée, sa raison ne fut pas lucide.
La célébrité espérée ne rend pas libre.

Elle pense encore à cette promotion !
Qui lui a fait joie et donne la part belle
A son art, qui trouve une  bonne raison.
A ce contre quoi, elle sait être rebelle.

Au tourment qui a bouleversé sa raison,
Donner à cette âme de survoler ces fleurs,
Egratigne son cœur qui saigne le pleur.

Point n’est besoin d’écrire sous la pression,
La plume a ses dérives dans le bonheur,
Lui préférer la passion, musique du cœur


				

SAGAN Françoise (écrivain)


 

SAGAN Françoise (Ecrivain)

La solitude est proche, l’aigreur se mine
Le château en suède n’est plus que ruine.
Faisant ombre au château vu en Espagne !
Lui qui s’enlise dans l’ironie d’un pagne

Si certains silences servent la mémoire,
Bonjour tristesse au flou, est rédhibitoire.
Un certain sourire, se lit aux mâchoires.
La vie du prodige, fut une drôle histoire.

Ne lui valent rien ces nuits de solitude.
Là le charme trompeur du rêve ébauché,
Ne reste plus que l’ivresse du débauché !

Et tout comme le phalène de nuit ronge
La solitude, elle sans scrupule la plonge
Dans l’effroi. Elle seule en fait l’étude !

TULARD Jean


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

TULARD Jean (Historien-Chercheur CNRS)

Jean Tulard, non il n’est pas le Napoléon !
Il reste indifférent à, Austerlitz Waterloo,
Et la dévotion n’est pas sa forte attention.
Mais faire une visite avec lui, c’est rigolo.

Sur le lieu de ses batailles il ne va point.
De l’Empire il connaît le moindre recoin.
C’est au calme feutré du bureau d’ailleurs,
Qu’il va chercher la vérité sur l’Empereur.

Jean Tulard est historien, il est agrégé,
Docteur ès lettres, est Directeur d’études
D’une École pratique des hautes études.

De Napoléon c’est un grand spécialiste,
Sans être pour autant un grand fanatique.
Ne le fascine seulement que son succès.

TROCME Florence


TROCMÉ Florence (Critique littéraire)

Poète Ecrivain passionnée de peinture,
Trocmé Florence traite l’histToire de l’art.
Journaliste de presse, porte ses regards
Sur la musique classique et la littérature.

Le mot fascine par son épaisseur inouïe.
Certains le croient fini, mais il s’épanouit
Enfermé entre les barreaux de ses lettres.
Il est toujours présent et n’a pas de dette.

Chacun a une perception naturelle du mot.
Il s’étoffe dans l’entretien et l’inconscient,
Selon une culture, selon son tempérament.

Le miracle est que tout être avec des mots
Puisse échanger et se mélanger dans la vie.
Mystère qui donne naissance à une poésie.

VEIL


VEIL Simone (Femme Politique -Académie Française)

Simone Veil est notre icône française
Martyre et rescapée miraculeusement
Élue membre de l’académie française,
Ministre de la santé au gouvernement.

Elle peut faire notamment promulguer
L’Interruption volontaire de grossesse,
Dépénalisant ainsi l’acte déjà pratiqué.
Elle a ce charisme qui croît sans cesse.

Reçue sous la Coupole par d’Ormesson,
Il l’accueille avec un pamphlet idyllique,
Où les louanges ploient sous le portique.

Émouvante la Grande dame a le frisson,
Une émotion indicible naît, qui désarme
Tout rachat. Et humide perle une larme.

VIDAL NAQUET Pierre


VIDAL-NAQUET Pierre (Historien-CNRS)

Vidal-Naquet devient historien, révolté.
C’est très naturellement qu’il est aspiré
Par Breton, Char, Artaud le surréalisme,
Le savant, lui récolte une grande estime,

Il fut toujours très attiré par une Grèce.
Les Grecs, les historiens, la démocratie
Mythes, et tragédies anciennes en Grèce
Etaient ses thèmes, entre autres, favoris.

Sans faire référence au livre de Camus,
Par la pure évidence d’un constat vécu,
Mensonge, iniquité, l’ont toujours révolté.

De tout cela nous lui sommes redevables,
Et la révolte seule ne peut être recevable.
L’Histoire, va-t-elle juger, ce bien fondé ?

VIGEE Claude


VIGEE Claude(Poète)

Claude Vigée, Poète, en philosophie.
L’œuvre est d’une grande spiritualité,
Et marquée par une belle générosité.
Il est Grand Prix national de la poésie.

Il s’interroge d’où peut venir le fracas,
Que va-t-il rester si on perd la mémoire ?
Sa vie d’errant, dépassant le répertoire,
Être admirateur de Rilke lui fait tracas.

Depuis la disparition de sa compagne,
Il s’est préparé pour aller auprès d’elle.
Il sait qu’il va mûrir une mort rebelle.

Il confond ses lames avec de la buée,
Nimbé dans les lumières d’une éternité.
Il attend ce moment et il l’accompagne.

PERROY Bernard


Bernard PERROY

C’est un poète prolixe et pragmatique
Il voyage ses mots sur tous les horizons
Il y consacre son temps sans restriction
A son œuvre déjà soumise à la critique

Il plonge du surréalisme au mysticisme
Sans faire d’amalgame ni de dualisme
Et c’est avec une dextérité surprenante
Qu’il vit cette philosophie astreignante

Tout son charisme vibre dans une amitié
Qui va de la couronne d’épines à la rose
Où frémissante sur sa tige elle se repose

Amitié bien partagée ne peut que fleurir
Elle est un bouquet aux yeux du souvenir
Quand l’utopie enrobe le cœur tout entier

,..

GIBELIN Colette


GIBELIN Colette (Poète)

Tout a changé des rêves des gens heureux,
Et le temps lui-même ne cesse de s’enfuir.
Se métamorphose le vœu de l’amoureux.
Ô vous les poètes, qui préservent l’avenir.

Vous, remplis d’inquiétudes existentielles
Par la poésie vous chassez toutes nos peurs.
Faites aussi des poèmes aux amours belles,
Gardez ce peu qui reste, séchez nos pleurs.

Des aléas surgis de la vie de tous les jours
Voient l’envol d’une vie qui fuit son cours.
L’émotion est encore toute à fleur de peau.

Toujours passionnée par la poésie adaptée,
Un choix lyrique inédit pourrait s’adopter.
Ce thème par ce biais serait sujet nouveau