SAGAN Françoise (écrivain)

 

SAGAN Françoise (Ecrivain)

La solitude est proche, l’aigreur se mine
Le château en suède n’est plus que ruine.
Faisant ombre au château vu en Espagne !
Lui qui s’enlise dans l’ironie d’un pagne

Si certains silences servent la mémoire,
Bonjour tristesse au flou, est rédhibitoire.
Un certain sourire, se lit aux mâchoires.
La vie du prodige, fut une drôle histoire.

Ne lui valent rien ces nuits de solitude.
Là le charme trompeur du rêve ébauché,
Ne reste plus que l’ivresse du débauché !

Et tout comme le phalène de nuit ronge
La solitude, elle sans scrupule la plonge
Dans l’effroi. Elle seule en fait l’étude !