SEULE EST LA SOLITUDE

Jacques BASSE

ÉDITEUR — SOCIÉTÉ DES ÉCRIVAINS —

Seule est la Solitude

———————————-Solitude 1_______________________

Dans l’univers de la grande solitude
la lucidité se réclame d’une certitude
partagée d’une vue souvent homicide
elle reste imprégnée d’un vécu lucide

se fige dans une éternité toute écoute
qui s’enferme dans l’ombre du doute
alors que se vit une blessure au cœur
le tumulte l’arbitraire y sont rancœur

la solitude est l’ivresse d’une passion
frissons de peur mais aussi jubilation
mais si chuchote un simple blèsement
la folle angoisse le reproche rudement

tout comme la phalène de nuit ronge
inlassablement l’écorce des bouleaux
la solitude sans scrupule nous plonge
dans l’effroi c’est elle notre bourreau

————————————-Solitude 2—————————————

La vie
de l’arbre
geint chagrine

est vide aussi
sur la colline
le champ de l’araire

vide aussi
de la ronce légendaire
de la folle avoine
et de l’ambroisie

bientôt
ne sera plus
ni hérisson
ni la taupe ni le papillon

de la vie suinte un soupir

tandis que

s’éclipse une lueur de l’avenir
dans un touchant et pur respir

la solitude qui agresse empire
se détruit là tout notre empire

——————————Solitude 3————————————-

La solitude
est un parfum

qui fleure
la pire misère

est-ce
l’intime de chacun
ici sincère

parfum qui s’évapore

dès lors discret
gardant son secret

toujours et encore

toute solitude a l’emprunt
que respire un tel parfum

——————————Solitude 4—————————–

Quel est donc ce grand désir
celui
qui te fait frémir


la solitude secrète
à une crainte se prête

c’est l’amour

qui au discours
est flatterie
que confirme la tromperie

et cependant
tu vas l’aimer
tu vas te donner

va

puisque tel est ton désir
si solitaire est le plaisir

———————————–Solitude 5———————————-

La solitude
est

silence

une chape d’ennuis
une source de soucis

qui se retient mot à mot
dans le phare des mots

la solitude
est

mystère

une ombre qui se terre
qui se souvient mot à mot
dans le fard de ses mots

l’énigme
qui se vit

est

solitude
qui sévit

——————————–Solitude 6——————————-

On dit

au creuset du cœur
se forge l’amour

souvent

le charme est trompeur
vécu dans des rêves ébauchés

même
croisant ces charmes

il faut avoir les armes
pour ces amours débauchées

et pourtant

la solitude mine
quand proche
la fin s’anime

———————————Solitude 7———————————

Et Dieu dévide
dans l’espace béant
son insaisissable néant

sans doute rempli de vide

seule reste la solitude

sans horizon
et sans espace

une dérision qui l’enlace

Dieu serait-il cette solitude
qu’on y célèbre
dans ces ténèbres

elle a c’est notoire
Dieu pour trajectoire

—————————–Solitude 8—————————–

Dans cette ombre
tant de solitude

qu’elle devient
le cauchemar

me hante cette vision
qui est devenue fiction

ce n’est plus une illusion
qui s’embrase

mais
plutôt une désillusion
qui se brasse

qui tient dans son monde
ceux que la peur inonde

dans les rouages
de la solitude
est une multitude
de gros nuages

——————————solitude 9————————–

Baiser
que ronge la solitude

fortifie

le sentiment
de n’avoir
bien souvent
aucun dénouement

ô baiser
prend ton souffle

quand

trop seul tu étouffes

mais ceux
qui s’élancent

soudain

dans l’été en silence

soupirent intensément
de la brièveté du moment

———————————Solitude 10—————————-

Ma solitude a un repère
l’œil avisé
de mon père

mon père en solitaire
est parti un matin
un beau matin de centenaire

mon âme fuit ses paysages
qui n’ont plus le choix
de son éclairage

me tient chaud son héritage
où souffle le froid
du grand âge

—————————-Solitude 11—————————-

Douce mère

dans l’isolement
je me suis caché
toute ma vie

de regrets en remords
j’ai torturé mon corps

douté
du raisonnable

de l’indispensable

j’ai franchi
la souffrance
de l’errance

bien seul
dans mon linceul

à bout sans certitude
j’ai rallié la solitude

ô douce amère

——————————-Solitude 12—————————-

J’ai gaspillé le temps
j’ai nié l’évidence
en silence
j’ai parlé pour ne rien dire

aveu
d’une vérité ancienne

méfiance

j’ai douté du soupçon
j’ai brisé l’essentiel
et perdu l’horizon de mon ciel

aux pieds de mon ego
je m’attendris d’un triste écho

la souffrance issue du pleur
tue toute espérance en fleur

———————————Solitude 13——————————-

Jouer de sa faiblesse
camoufler ses tourments
éloigner la croyance

dans cet espace
totalement clos
j’ai fini par douter

et j’ai brisé l’espérance
ma vie
mon sort détruit

frappé par l’orage
a sombré la raison

et d’un seul coup… de rage
j’ai balayé l’horizon

——————————-Solitude 14——————————

Après
la braise du jour

survient
le gel de la nuit

miraculée du jardin
nait la solitude
d’une rose

qu’un rien de générosité
chaque matin arrose
de fraiche rosée

une solitude
dans la terre tufière

c’est ainsi que vit le lierre
agrippé à son mur de pierres

—————————–Solitude 15————————-

En ce lieu
sombre

des moments
se meurent

y coule
un souffle religieux
où l’odeur d’encens demeure

sur l’au-delà renâcle

du tabernacle
un silence
surpris

est-ce un spasme
mystique

qui pieusement
entonne
l’angélus
et prie

épris
de solitude

——————————-Solitude 16—————————–

Sur la nuit si grande
l’ombre
s’abat

je me hâte
de déserter ces lieux

comme la bête
chassée de la lande

la voix
de la solitude
très vite mine

dans la nuit
qui sous le pas
chemine

qu’advient-il
après cet ultime pas

si ce n’est le trépas

——————————Solitude 17——————————

Les idées
meurent

mais le vers demeure

souverain
fort comme l’airain

toi
le poète

qui scelle
sur un bloc résistant
ce vers que tu cisèles

à mon vers que dire

lui qui soupire

il meurt de se taire
tel un ver solitaire

la solitude
le cache de la crise

car

bien sûr l’étude
ne sera plus reprise

——————————-Solitude 18——————————–

Isolée

la solitude

s’ancre au quotidien

son attitude tient
le flou de l’habitude

et s’accroit son fiel
sur un coin azur de ciel

là l’aigreur s’enracine
dans la routine
si elle n’y prend garde

cette routine
est bien l’épine
de la solitude

———————————Solitude 19———————————–

La solitude
s’allonge sur moi

le froid
de l’ennui
m’enveloppe austère

à cela rien de singulier

résolue l’Ephémère
tient tête une nuit

pourquoi

serait-il singulier
une solitude éphémère

qui pourtant

est l’ennui
de toutes nuits

—————————-Solitude 20—————————–

Réservée

à l’approche du baiser
la paupière se baisse
comme pour une prière

s’écoute
la trace qui reste
de ce dire muet

la solitude un moment
troublée
se bouscule

elle veut jouir de l’instant

alors

l’œil s’assombrit
et dit non

a mûri la raison

———————————–Solitude 21———————————-

Le rituel de la solitude
laisse place
à des sommets de doute

en léthargie
sourde et muette
l’âme attend

qu’avive le vent

le cœur
bat l’aile de la solitude

auprès du vôtre
que le mien reste

dans ce geste
qui déroute
d’une audace folle

là y reste
un lambeau de doute
qui toujours s’immole

—————————–Solitude 22——————————

Avec la solitude
s’est tu le dialogue

il est des non –dits
aussi de la vérité
comme du mensonge

en écho
par esprit d’à propos
la solitude

doit-elle
braver
ces mots rebelles

tandis
que le doute épie
un geste de répit

————————–Solitude 23————————-

Dans l’espace
notre monde doute

la solitude l’aspire
de tous bords

même la grande ourse
risque d’y perdre le nord

ô néant
où plane ce doute

nul être au monde

des hypothèses
n’en connaît l’origine

tel est
le mystère qui me chagrine

le doute
je redoute

————————–Solitude 24————————–

Toujours là
et je rêve en solitaire

si j’aime à ne rien faire
c’est que par moment

j’aime
bien perdre
mon temps en pensant

comme le sablier
qui déverse sans état d’âme
son flot de sable

l’immédiat le guide
vers la fixe éternité
son repaire

la solitude est insensible
à qui veut la parfaire

ce à quoi on s’oppose persiste
qu’y faire

c’est pourquoi
parfois je préfère
la solitude et me taire

————————-Solitude 25————————–

La solitude
qui rampe
dans le silence

vagabonde
sans raison

c’est l’abîme
d’un mal être

qui s’élance
et se balance

que son fiel marine
et ronge et serine

là où ruisselle la bile
la solitude se faufile

———————————Solitude 26——————————

La nuit faisant
mes pas d’angoisse
je me suis lié
avec la solitude

ici

le grand silence
m’accueille
en permanence
avec mansuétude

y est absent
pourtant
l’amour

mais

j’ai compris

toujours ici
sera ce vide
car n’y vit
rien de solide

————————–Solitude 27———————–

Ce mal
de la solitude
qu’est l’incertitude

tourbillonne
et bouillonne

quand
dans l’ombre
la volonté sombre

rire de mépris
que déroute
le doute

alors l’opprobre
se cache
pour être sobre
se fâche

orgueil qui fait
ce présent imparfait

——————————Solitude 28————————–

Ô solitude

mystère
qui nous enveloppe

gaine d’ombre
qui masque la vie

fragile comme le doute
qui l’entoure

mais la vie qu’est-ce

pour ceux qui l’ont suivie

une avancée
bien étrange

sur

la portée des croyances
que la solitude avance

————————–Solitude 29————————

Seriez-vous

fantaisie de l’esprit
fantasme facétieux
ou chimère

ou bien cette fière
solitude qui agresse

seriez vous

cette
présence
de renard

celle qui
s’esquive au regard

et qui vous pousse
dans le cauchemar

seriez-vous

la solitude de l’existence
qui trompe les apparences

futé
jamais par hasard
ne passe le renard

————————-Solitude 30———————

La solitude
griffe le silence

désert
d’indifférence

braise du jour gel de la nuit

dans cet espace
sa carapace
tremble à fleur de peau

à l’ombre de l’arbrisseau
le rire de l’oiseau
déflore l’envers du décor

j’aime
se dira-t-il encor
face à la solitude
de l’âge vieillissant

certes la solitude est grave
est-il sûr qu’elle soit brave

————————–solitude 31———————-

Le vol léger du papillon
sur une touffe de soucis

n’a plus cet imaginaire
cette légèreté de l’euphorie

le survol en solitaire
est devenu de l’ironie

sont nécessaires
dans ce monde
la prudence la circonspection

face aux pensées naïves
et aux actions hâtives

dans son envol
le doute est devenu attentif
à la morale

dont l’enjeu reconduit
à la solitude de l’ennui

tel ce vol de papillon
sur ces touffes de soucis